Se palucher devant Dark V

Publié le par Pfiffer

Il faut pas être français. En tout cas, pas en être fier.
C'est mauvais pour le teint, le foie et le saint frusquin.
Parole de démocrate, parole de chrétien social, parole de progressiste.
Bon, d'accord, j'aurais pas du dire 'parole de progressiste'. C'est trop méchant. Ni Bayrou, ni le Grand orient ne vont s'en remettre. Quant aux évêques de France, ils vont désapprouver.
Pecaïre, nous voilà bien, je l'entends et le lis partout depuis le début du débat sur l'identité nationale : il ne faut pas être fier d'être français ! Il n'y a aucune raison d'être fier.
Moi, je veux bien sur le principe. Je ne suis pas contrariant.
Mais alors que l'on arrête de me faire suer avec la repentance, les excuses et autre bazar de lieux communs : croisades, colonisation, méchant homme blanc, occident oppresseur...
Si je ne peux pas être fier de mes ancêtres, je n'ai fichtrement pas besoin d'en assumer les conneries.
Dit autrement.
Pour les bobos de gauche : si moi pas fier, moi pas pas devoir excuse, ni honte.
Pour les bobos de droite : si moi pas honteux de certaines conneries, moi pas pouvoir être vraiment fier. Pas de connaissance historique, pas de gonflement de poitrine quand Marseillaise... Ni rien, d'ailleurs.

Moi, Farenheit 451. Je suis mes propres pas.

J'ai cherché pourtant : des Pikkendorff. Il y en a plein l'Europe, sur plusieurs siècles.
Tous aristos, tous cathos ou protestants... Chrétiens avec la foi ou sans mais chrétiens jusqu'au bout de leurs fibres sans même le vouloir.
Merde, l'Europe n'est pas chrétienne et n'a strictement aucune racine de cet acabit là !
20 ans que l'Europe le répète pour ne pas fâcher ma France.
100 ans que ma France le répète pour justifier le raccourcissement d'un ou deux de mes ancêtres fin XVIIIème et la confiscation des biens de l'Eglise par deux fois en 120 ans.
La France ? La certitude que la fée du progrès s'appelle laïcité et que tous les autres pays, un jour, verront l'horizon indépassable du génial petit père Combes. On a les génies que l'on peut.

Personnellement, je préfère Saint Augustin et ses confessions, Saint Thomas d'Aquin et sa somme théologique, Edith Stein ou Simone Weill...
Vu de mon balcon, les Pikkendorff, eux aussi, étaient tous géniaux et pas vraiment laïcs.
Où est le bureau de délation ? J'ai tous les membres de ma famille depuis 10 siècles à dénoncer. Et comme je suis un bernard l'hermite, il n'y a strictement aucune raison à ce que le royaume puis la République qu'ils servirent avec plus ou moins de bonne volonté s'appelat pour l'un "de France" et pour l'autre "française"...
Non seulement la France n'est pas éternelle mais, se réinventant à chaque génération, le pays nommé ainsi actuellement ne peut rien avoir à faire, ni à voir avec ce royaume là ou avec cette République-ci...
Hou, que c'est pas bien d'écrire comme cela.
M'ame MICHU, je crois ben que me voilà passé du côté obscur de la force. Mais il faut dire qu'à force de dire des conneries, les Jedi autoproclamés commencent à me chauffer les sangs.
Aujourd'hui, pour avoir un avenir, il ne nous faut ni mémoire, ni ancêtre, rien.

Le débât sur l'identité nationale me fait ainsi penser à une armée de 6PO en train de se palucher devant la caricature cochonne de Dark Vador.

Parole de Pikkendorff.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article